acouphènes les tests de l’audioprothésiste 

Pourquoi se tourner vers les tests de l’audioprothésiste pour acouphènes ?

L’audioprothésiste est un thérapeute spécialisé dans la gestion et le traitement des troubles liés à l’ouïe. D’ailleurs, parmi les affections prises en charge par ce spécialiste figurent les acouphènes. Le mal se manifeste par des bourdonnements, des cliquetis, voire des sifflements d’oreilles.

En France, l’acouphène touche près de 8 millions d’habitants par an. Pour prévenir et traiter efficacement la maladie, les audioprothésistes pratiquent des tests spécifiques. Découvrez ici les mesures à prendre pour prévenir et lutter contre les acouphènes.

Consulter en premier un médecin généraliste

La première démarche à suivre pour prévenir et lutter contre les acouphènes est de se rendre chez un médecin généraliste. En effet, ce type de spécialiste est recommandé, car il permet d’obtenir un premier avis médical sur la maladie. Il examinera les oreilles et déterminera de quel type d’acouphène son patient souffre.

Généralement, il existe deux formes d’acouphènes que sont : les acouphènes temporaires et ceux chroniques. Afin de donner un point de vue objectif sur le mal, le médecin généraliste effectuera certains tests.

À titre d’exemple, il fera usage d’un stéthoscope pour savoir si l’affection est d’origine vasculaire ou non. Il effectuera également un bilan complet des oreilles et basera son analyse sur les antécédents médicaux de son patient. Après avoir ausculté celui-ci, le généraliste jugera, selon les résultats, s’il est nécessaire de se référer à l’avis d’un ORL ou d’un audioprothésiste.

Les tests d’audiométrie

Le médecin ORL ou l’audioprothésiste posera une série de questions au malade avant de l’ausculter. Ces diverses interrogations ont pour but d’identifier les symptômes particuliers du patient. Avant de commencer ses tests, l’ORL examine minutieusement le conduit de l’oreille avec un instrument appelé otoscope. Ensuite, une série de tests d’audiométrie sont réalisés pour déterminer le niveau de déficience auditif dont souffre le patient.

Audiométrie vocale

L’audiométrie vocale est un test réalisé dans une cabine insonorisée. Il permet de mesurer le niveau résiduel auditif. Le résultat du test se lit sur un audiogramme. La réalisation de l’exercice se base sur différentes fréquences. L’audioprothésiste peut utiliser tantôt des fréquences graves tantôt des fréquences aiguës.

Habituellement, l’audiométrie vocale se réalise par voie aérienne grâce à un casque ou un haut-parleur. Toutefois, dans certains cas, le spécialiste peut se servir de la voie osseuse pour une perception des capacités auditives du patient. L’audioprothésiste place donc un vibrateur sur la mastoïde, juste derrière l’oreille du patient. La conduite osseuse de l’oreille reçoit ainsi des vibrations très fines.

Audimétrie tonale

L’audimétrie tonale a pour but de déterminer le seuil de tolérance vocale du malade. Pour réaliser ce test, le spécialiste fait écouter des mots à son patient afin de mesurer son niveau de compréhension. Une fois qu’il a écouté la série de mots, le patient est amené à les répéter. En fonction des résultats obtenus, l’expert peut infirmer ou confirmer qu’il s’agit d’un acouphène.

Le test in vivo

Complémentaire au test d’audiométrie vocale et tonale, le test in vivo permet d’aider l’audioprothésiste à fournir un diagnostic précis. Il consiste à introduire une sonde microphonique dans l’oreille du patient, près de son tympan. Grâce à ce test, le malade s’adapte plus facilement aux aides auditives qui lui seront fournies.

Le test d’impédancemétrie

Le test d’impédancemétrie permet de vérifier et de mesurer la mobilité et la souplesse du tympan de son patient. Le test est non douloureux. Sa réalisation permet de vérifier les réflexes musculaires du tympan. Pendant le test, le médecin étudie le réflexe acoustique ou stapédien. Il stimule l’oreille grâce à des sons intenses.

Une sonde spécifique est utilisée tout le long de l’examen. Au cours du test, l’ORL ou l’audioprothésiste peut repérer une présence de liquide, une otite sévère ou encore une autre cause provoquant la baisse de l’audition.

Le test d’otoémission

Le test d’otoémission est indolore. Il permet au médecin d’apprécier la vitalité des cellules sensorielles. Le spécialiste peut à l’aide de ce test, évaluer si le problème du patient est lié aux acouphènes ou à d’autres affections auditives.

Le résultat de l’examen est objectif, unique et renseigne sur le fonctionnement du système médian. D’autres examens comme les tests d’intensité liés aux acouphènes et d’appariement sont parfois également effectués.

Quelques mesures préventives dignes d’intérêt

Pour éviter qu’un acouphène ne devienne pesant et gênant, les experts recommandent l’utilisation de prothèses auditives. D’une part, l’outil permet de corriger l’affection, en amplifiant les bruits que l’oreille a du mal à percevoir en raison d’une perte d’audition. D’autre part, l’utilisation de l’objet favorise la diversion acoustique.

Vous pouvez prévenir l’acouphène en évitant de consommer outre mesure, les anti-inflammatoires. Privilégiez une activité sportive régulière. Vous pouvez pratiquer le yoga et effectuer des postures qui favorisent la relaxation. Optez pour une alimentation saine et variée. Évitez le café et l’alcool.

N’hésitez pas à ajouter par moments, des compléments alimentaires à vos repas. Évitez au maximum les endroits très bruyants. De plus, il est important de réduire votre temps d’utilisation d’écouteurs ou de casques. Au besoin, demandez l’avis d’un médecin en cas de dysfonctionnement quelconque de votre audition.